Culture

Le blason :

Une figure à trois clés d’or posées deux et une, l’anneau en bas, représente l’armoirie des chevaliers de la Frapinière dont la lignée s’est éteinte. Cette armoirie est officiellement propriété de la commune depuis 1994.

Le logo :

Sur un monticule de terre, une emprise béton et un habillage de dalles antiques, l’image posée représente l’aspect géographique de la commune, les hauteurs et son plateau, la vallée coeur du village, le mont Alaric, la Sèvre Niortaise, sans oublier les grandes voies de communication traversant l’espace communale que sont le rail et la route. Pensé et dessiné par le Conseil Municipal, le logo caractérise l’en-tête du courrier de la Mairie depuis le 1er janvier 1997. Il fut inauguré pour le passage à l’an 2000.

L’église Saint Gaudent :
  • Historique :

L’ancienne église, érigée au Moyen Age, plus précisément au 12 ème siècle, se trouvait derrière la mairie, sur un terrain contigu devenu privé. Détruite en partie par le feu, au cours des guerres de religion, la nef de l’église Notre Dame fut reconstruite de 1656 à 1658 grâce aux libéralités de François Chevalier, seigneur de la Frapinière. Quelques vestiges, telles que des encadrements de portes, sont encore apparents dans les murs des dépendances de cette propriété. En outre, un prieuré du nom de St Gaudent figurait à proximité de cet édifice puisqu’en 1744, le prieur de l’abbaye royale St Eloi de Noyon en percevait les bénéfices. L’église actuelle orientée, toujours dédiée à Notre Dame, fut édifiée en 1840 sous la monarchie de Juillet. Sa construction modeste fait néanmoins ressortir un modèle néogothique. La restauration de l’édifice, avec mise en valeur des pierres et jointage a débuté en 1994.

  • Caractéristiques du bâtiment :
    • L’extérieur :

Construction pierre et couverture à 2 pans en tuiles de pays. Façade principale au fronton triangulaire avec chaînage d’angles, surmonté au faîtage d’un deuxième fronton plus petit reposant sur des supports décorés de 2 pilastres et, porche en arc brisé. Nef unique simple. Transept peu saillant, coiffé sur sa partie gauche d’un petit clocher carré très bien proportionné avec base en pierre et toit en forme de flèche recouvert d’ardoises. Abside à chevet plat.

    • L’intérieur :

Sol en chape ciment. Petite tribune accès escalier, maintenue par 2 colonnes toscanes, le tout en bois. Vaisseau, dominé par une charpente bois masquée par un plancher, éclairé naturellement par 4 vitraux de style gothique présentant 2 lancettes et une forme trilobée. Transept avec 2 vitraux similaires et, 1 autel de part et d’autre surmonté d’une niche, avec arcs à accolades terminés d’un fleuron, appuyée sur un support floral. Sanctuaire, en dallage pierres plates et, abside en hémicycle à 5 pans coupés surmontée d’une voûte d’ogives de 6 nervures reposant sur des culots à motif végétal simple partant d’une clé de voûte à motif végétal sextufolié, ainsi que bien centré sur le chevet, un vitrail éclatant de couleurs, dédié à St Gaudent et St Louis, paré au sommet d’une forme trilobée représentant Dieu et son fils.

    • Les surfaces en m2 :

Total : 264,10.  nef : 128,70 / transept : 64,80 / sanctuaire : 19,20 / tribune : 31,20 / annexes : 20,20. Capacité d’accueil : 311 en position assise / Nef : 236 / Tribune : 75

  • Son appellation :

L’église actuelle a été édifiée en 1840. Dans le transept, l’une des 2 chapelles latérales composées d’un autel (celle de droite semble t-il) est dédiée à Notre Dame. Sur le fond de l’abside, un vitrail éclatant de couleurs représente Saint Gaudent « Saint Gaudentius » en latin, le saint patron de l’église de Nanteuil né à Brescia en Italie, sur le lac de Garde.

  • Historique du saint patron :

Après avoir visité les lieux saints vers l’an 386, il accepte, forcé, la charge d’évêque en l’an 390 et, administre le diocèse de Brescia avec sagesse, prudence et vigilance dans les besoins de son peuple. Remarqué par sa grande vigueur d’esprit et ses pensées, il fut nommé ambassadeur du Pape auprès de l’empereur vers l’an 405. Il mourût en 410. On fête sa mémoire le 24 octobre dans le martyrologue romain en commençant de la façon suivante : « A Brescia, le Saint évêque Gaudent illustre par sa doctrine et sa sainteté… ». L’édifice ainsi consacré lui rend hommage à travers ces traits caractéristiques d’humilité dans ses écrits, et de charité pour les pasteurs de son troupeau.

La Maison du Temps Libre :
  • Historique

Sur une idée originale, le bâtiment en forme de vaisseau tourne résolument sa proue au nord de la commune. Le permis de construire est déposé le 11 mars 1987. Michel Gabriel, maire de la commune, déclare le 27 mars 1987 en réunion d’informations devant un parterre d’administrés : « le vase étant prêt, il incombe aux nanteuillais de le remplir de roses et de s’organiser pour son utilisation ». Ainsi, le 5 octobre 1988 date de la fin des travaux, l’élément architectural est livré et aussitôt, une grande soirée « portes ouvertes » est organisée le 22 octobre avec découvertes des diverses possibilités d’animations. La fonctionnalité de l’ensemble est remarquée. La pièce principale est pourvue d’une cloison amovible permettant de réduire ou d’agrandir la capacité d’utilisation, et la scène est suffisamment vaste. Plusieurs petites salles complètent cet élément principal afin de satisfaire l’organisation de réunions en petits comités. Une cuisine équipée est à disposition, un bar massif bien dessiné attire la convivialité et l’édifice est largement aménagé en espaces de rangement. L’inauguration par les personnalités du département officialise sa construction le 4 mars1989. Après avis consultatif de la population, cette réalisation patrimoniale devient La Maison du Temps Libre. Capacité d’accueil : debout : 531 / assis : 300

Le Cadran Solaire :

Ce monument marquant un rapport très fort avec l’astre, symbolise le passage à l’an 2000. Il abrite en son sein, un message pour les générations futures. Le cadran équatorial pèse une demie-tonne. Dans sa nervure de renfort, deux M stylisés indiquent le nombre romain MM de l’année séculaire célébrée. Le piédestal représente le XXe siècle duquel émerge le XXIe siècle naissant, et les deux traces horizontales correspondent aux deux grandes blessures de ce siècle que sont les deux conflits mondiaux. L’environnement est aménagé de deux terrasses dallées ainsi qu’un fond en cyclorama accumulant la chaleur du soleil auquel ce lieu est destiné. La devise. Les mots latins SOL (le soleil) SOLUM (le sol) et SOLUM (seulement), deviennent par la règle des déclinaisons, une succession de trois homographes dont la devise peut se traduire par « Au Seul Soleil de la Terre ».

La Stèle du Tour de France :

Un clin d’oeil appuyé et symbolique retrace pour des années, l’image sportive circonstancielle de cet évènement rare et considérable qu’est le centenaire de la plus grande compétition cycliste du monde. Ce petit monument en pierre de Lavoux est situé au carrefour de Frangeon, face au mont Alaric dans un cadre verdoyant. Il caractérise l’aspect historique et dynamique du 90e Tour de France dans la dernière commune traversée de l’étape Bordeaux – Saint Maixent-L’Ecole du 25 juillet 2003.

La Girouette :

Sur les ateliers municipaux, tournant au gré du vent depuis l’an 2000, elle reflète une scène de la vie quotidienne aujourd’hui disparue. Jaillissant d’un rocher, une source s’étale dans la vallée où un berger accompagné de son chien attendent patiemment que les animaux s’abreuvent. Avec pour toile de fond le mont Alaric sur un couché de soleil, cette maquette rappelle combien les sources sont étroitement liées à l’histoire du village.

 

Les Amis du Musée de la TSF :

Musée de la TSF et de la radio crée en 1992. A la découverte des radios de nos grands-pères. La TSF, mère de la radio d’aujoud’hui, de la télévision, de l’électronique…plus de 500 appareils exposés en état de fonctionnement. Toute l’histoire de la télégraphie et de la téléphonie sans fil depuis les premiers postes à galène jusqu’aux transistors. 136, rue de Charnay – 06 82 25 12 76 – 05 49 05 55 93